L’assainissement autonome

Bonjour,

Comme prévu, voici un petit post sur l’assainissement autonome mis en place sur le projet « Lambon Nord ». L’entreprise responsable du gros oeuvre s’est donc chargée de mettre en place l’assainissement (nécessaire à toute habitation destinée à l’homme :)).

Nivellement terrainTout d’abord comme vous pouvez le constater, le premier travail a été le terrassement : creuser le réceptacle pour pouvoir déposer la cuve de 4000L destinée au rejet des eaux usées des habitants des lieux.

L’assainissement consiste en une cuve qui reçoit donc les eaux usées et qui, par modules successifs de filtrage (bac filtrant, bac à sable…) ne rejette dans le fossé que de l’eau nettoyée (et inodore dans un fonctionnement optimum). Point important pour la législation, le système des eaux pluviales et le système des eaux usées doivent être bien distincts et ne peuvent/ne doivent à aucun moment communiquer afin de pouvoir comptabiliser le volume d’eau traitée par foyer.

Système d'évacuationVous voyez ici le tuyau d’évacuation allant de la maison (sur la gauche) à un premier petit regard carré. Le tuyau continue pour aller rejoindre la cuve un peu plus loin, après le virage à 90° sur la gauche où se trouve un premier filtre.

Cuve fosseVous pouvez admirer ci-dessus la cuve des 4000L en question. Un système de cheminées couplées à de petits « regards » circulaires composent le système. Je ne rentrerai pas dans le détail de la technique car … je n’en connais absolument pas plus, je laisse ça aux « pros »  :D.

Fosse toutes eaux

« La cuve sans les modules de cheminées, regards.« 

L’installation finie, tout le système a été enseveli et il ne sortait de terre que les petits conduits (cheminées qui ressemblent à des champignons… mais en PVC) nécessaires au dispositif pour son fonctionnement. Comme ce sont des bactéries qui grignotent les substances organiques rejetées par les habitants, il faut de l’oxygène : d’où un besoin en air.

Le point négatif de ce genre d’installation : les éléments qui dépassent du sol.

La parade trouvée fut donc un aménagement avec une petite clôture composée de petits rondins de bois (en pin, budget minimum obligé). À terme, des écorces de bois seront déposées sur le fond intérieur de ces éléments pour réduire la pousse des mauvaises herbes et faciliter l’accès aux plaques pour une éventuelle vidange. En principe, pour une famille de quatre personnes, une vidange tous les 3 ans suffit.

Assainissement     Assainissement

Voilà donc le dispositif à l’abri des tondeuses sauvages d’éventuels locataires peu précautionneux. Je remercie mon équipe locale (mes parents et mes neveux) pour la réalisation de cette œuvre d’art.

C’en est fini en ce qui concerne l’assainissement du projet « Lambon Nord ». C’est une affaire qui roule pour l’instant.

Merci d’avoir lu l’article jusqu’au bout. Bonne continuation.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *